Le Sikma

°

° ° °

° ° ° ° °

° ° ° ° ° ° °

° ° ° ° °

° ° °

°

°

° ° °

° ° ° ° °

° ° ° ° ° ° °

° ° ° ° °

° ° °

°

Télécharger fichier

http://www.lindicepensable.ch/wordpress/wp-content/uploads/2018/06/SikmaPrint.jpg-1.pdf

Les Yörüks sont des nomades turcophones vivant entre la mer méditerranéen et les mont Taurus. Ils ont, pendant des décennies, lutté contre la sédentarisation forcée de l’État turc moderne qui voulais effacer tout les restes de l’Empire ottomane. L’Empire ottomane fut une structure basée sur une tradition de nomade. Cela est encore visible sur l’architecture ou autre vestige ottomane.

Les nomade, après une journée de voyage et pâturage, préparent le repas du Koushlouk vers 11 heures. Les femmes pétrissent la pâte pour faire du pain pendant que les enfants rassemble du bois sec pour faire du feu. Le fromage, fait à partir de fabrication du beurre, repose dans le peau de chèvre prévue à cet effet. Le berger revient avec des herbes qui poussent sur le cœur des rocher ou dans les vallons émus par les ébats d’amoureux du berger et de la bergère…

le pain cuit sur le saj, pièce de tôle en acier transportable posée directement sur le feu. Une fois le pain cuit, le fromage est mis dans celui-ci puis enrichi avec les herbes… Il sera roulé sur les genoux des femmes et distribué au membre de la famille, sans priorité des es uns sur les autres.

Le sikma se mange accompagné d’ ayran, une boisson salée et fraîche faite à partir du petit lait.

Tantouni

Le berger prépare la viande dans le but de la faire sécher au soleil des monts Taurus, face a la mer méditerranéen , en prévoyance de l’hiver. Les morceaux de viande, trop petits ou trop gras pour être séchés, sont coupé en petits morceaux avec le couteaux au manche en bois de laurier.

Les épice de l’ami arménien sont mélangées à la viande. La viande est alors versée dans un autre saj qui est placé à l’envers sur le feu. La viande diffuse un arôme montagneuse dans les vallons et vallées. Les soldats à la recherche des séparatiste Kurdes dans les montagnes, ont l’eau à la bouche et une envie de rentre chez eux : le tantouni provoque le désertisation dans l’armée turc…

Le tantouni se mange de même manière que le sikma, à une différence près : il faut rentrer le ventre pour que le jus que coule ne salisse pas les vêtements !

Vakif Cagin

Les Yörüks sont des nomades turcophones vivant entre la mer méditerranéen et les mont Taurus. Ils ont, pendant des décennies, lutté contre la sédentarisation forcée de l’État turc moderne qui voulais effacer tout les restes de l’Empire ottomane. L’Empire ottomane fut une structure basée sur une tradition de nomade. Cela est encore visible sur l’architecture ou autre vestige ottomane.

Les nomade, après une journée de voyage et pâturage, préparent le repas du Koushlouk vers 11 heures. Les femmes pétrissent la pâte pour faire du pain pendant que les enfants rassemble du bois sec pour faire du feu. Le fromage, fait à partir de fabrication du beurre, repose dans le peau de chèvre prévue à cet effet. Le berger revient avec des herbes qui poussent sur le cœur des rocher ou dans les vallons émus par les ébats d’amoureux du berger et de la bergère…

le pain cuit sur le saj, pièce de tôle en acier transportable posée directement sur le feu. Une fois le pain cuit, le fromage est mis dans celui-ci puis enrichi avec les herbes… Il sera roulé sur les genoux des femmes et distribué au membre de la famille, sans priorité des es uns sur les autres.

Le sikma se mange accompagné d’ ayran, une boisson salée et fraîche faite à partir du petit lait.

Tantouni

Le berger prépare la viande dans le but de la faire sécher au soleil des monts Taurus, face a la mer méditerranéen , en prévoyance de l’hiver. Les morceaux de viande, trop petits ou trop gras pour être séchés, sont coupé en petits morceaux avec le couteaux au manche en bois de laurier.

Les épice de l’ami arménien sont mélangées à la viande. La viande est alors versée dans un autre saj qui est placé à l’envers sur le feu. La viande diffuse un arôme montagneuse dans les vallons et vallées. Les soldats à la recherche des séparatiste Kurdes dans les montagnes, ont l’eau à la bouche et une envie de rentre chez eux : le tantouni provoque le désertisation dans l’armée turc…

Le tantouni se mange de même manière que le sikma, à une différence près : il faut rentrer le ventre pour que le jus que coule ne salisse pas les vêtements !

Vakif Cagin