Le pruneau

Télécharger fichier

En Suisse, le pruneau a sa propre histoire. Ce qui s’appelle pruneau dans les autres pays est une prune séchée, issu de la quetsche, dans le patois jurassien l’avatar couètche qui est utilisé. Le jour du Jeûne fédéral, la tarte aux pruneaux, qui constituait à l’origine l’entier du repas de midi, est répertoriée dans le Patrimoine Vaudois.

Le pruneau est riche en fer, surtout le jus de par sa concentration. Sa richesse en fibres, en pectine, en sorbitol et d’autres composants, aide à lutter contre la paresse intestinale.

Le pruneau, comme toutes les prunes, se consomme cru en fruit de table, mais il se prête bien aussi aux desserts (gâteaux, compotes…), aux accompagnements de viande, à la stérilisation pour une utilisation ultérieure, à l’eau-de-vie et bien sûr, en fruit séché.

Variété

Il existe 3 grandes variétés de prunes : les pruneaux ou quetsches ovales, les petites dorées Mirabelles et les Reines-Claudes charnues. Ce sont des fruits à noyaux (ou drupes) issus du prunier.

Le prunier est un arbre intéressant en écologie car sa floraison de printemps attire particulièrement les abeilles, les colibris et les loriots.

Si vous voyez un voile opaque sur vos prunes, c’est la pruine, de petites paillettes de cire que sécrète le fruit pour se protéger des agressions climatologiques (chaleur, gel…), c’est un signe de qualité.

Santé

Le pruneau peut-être responsable d’un syndrome d’allergie orale : réaction allergique à certaines protéines végétales. Ce syndrome touche certaines personnes allergiques aux pollens. Celles-ci ressentent des démangeaisons et une sensation de brûlure à la bouche ou à la gorge après avoir consommé l’aliment en question. Les symptômes disparaître généralement en quelques minutes. Pourtant, il est recommandé de consulter de spécialisé afin de déterminer les éventuelles mesures de précaution à prendre.

En raison de leur richesse en fibres, potentiellement irritantes, les pruneaux doivent être consommés avec précaution en cas de syndrome de l’intestin irritable.

Tarte aux pruneaux

Pour un moule de 28cm :

Préchauffé le four à 200°C. Après avoir préparé une pâte brisé et l’étalé sur un moule, disposer 1,5kg de pruneaux dénoyautés et coupés en deux. Dans un bol, mélanger 3cs de sucre, de la cannelle et 20cl de crème liquide puis verser le toute sur les fruits. Mettre au four pendant 30 à 40mins. Laisser refroidir. 

Pour les gourmands, vous pouvez ajouter de la crème chantilly, de la glace à la vanille ou tout autre complément selon vos goûts. Cette tarte est réalisable aussi avec des pommes, des abricots ou de la rhubarbe.

Filet mignon aux pruneaux/quetsches

Piquer 1kg de filet mignon de porc avec 6 gousses d’ail. Les déposer dans une cocotte sur un lit de 3 tomates, du thym et 3 oignon émincés. Saler, poivrer et arroser de 3cs d’huile d’olive. Couvrir et laisser cuir à feu doux pendant 30mins en arrosant de jus de cuisson régulièrement. À mi-cuisson ajouter 1kg de pruneau dénoyautés et coupés en deux.

Vous pouvez l’accompagner de purée de pomme et de carottes si vous désirez.

Par |2018-10-19T11:24:18+00:00octobre 19th, 2018|Catherine Garret, Edition culinaire, Histoires & Recettes|Commentaires fermés sur Pruneau