Le pêcheur de feuilles

adapté d’un conte albanais

Sur les rives de l’Adriatique, où se trouve l’actuelle Albanie, vivait un pêcheur avec sa femme et ses cinq enfants. Le métier de la pêche est difficile; il arrive parfois que l’on ne pêche rien pendant plusieurs jours. Notre pêcheur avait peu de chance, ce qui attirait la pitié des habitants du village :
-C’est un homme bon, qui connaît son métier, disaient-ils, mais il pêche tellement peu de poissons que sa famille est en train de mourir de faim.
Sa femme était facilement malade et fatiguée, elle ne pouvait que laver un peu de linge afin d’obtenir quelques pièces pour acheter une petite miche de pain.
La situation émouvait plus loin que le village côtier où vivait la famille du pêcheur. Marchands et saltimbanques de passage parlaient du triste destin de ce pêcheur au grand coeur à qui la fortune faisait cruellement défaut.
Cette histoire arriva jusqu’aux oreilles du roi, un homme juste et généreux. Il convoqua le pêcheur, tant son histoire avait touché le monarque. Il lui dit :
-Tu n’es pas très chanceux dans tes affaires ces derniers temps. On m’a dit que tu étais un homme loyal, plein de bonté et que tu connaissais bien la mer. Il est injuste que tu vives dans la misère. Cependant, je ne peux pas donner pour donner, sinon tous les miséreux du royaume viendraient me supplier de les loger. Tu vas continuer à pêcher. Mais tout ce que tu prendras dans tes filets, au lieu de l’amener au marché, tu viendras me le vendre. On posera ta prise sur une balance et nous tenterons de l’équilibrer avec des pièces d’or. Je prendrai ainsi ce que tu pêches et toi son poids en or.
Le pêcheur retourna donc dans son village, sur son bateau. Il jeta ses filets dans la mer et attendit. Il resta trois jours et trois nuits, sans rien attraper. De dépit, il refit cap sur le port, se considérant comme maudit.

L’histoire de ce pêcheur avait, comme dit précédemment, eu un écho plus grand que ce petit village côtier, et le roi ne fut pas le seul à avoir été touché. Un vagabond et son chat avaient eu vent de l’existence de ce malheureux homme dans une auberge.
-Je connais ce village, dit le Magicien à son chat, et je suis presque sûr de connaître ce pêcheur. Il ne se rappelle sûrement plus de moi, vingt ans plus tard.
C’est ainsi qu’en mettant un pied sur la plage, le pêcheur vit un homme vêtu comme un rôdeur l’attendre sur la berge. Il le dévisagea, cet étranger lui était familier. Le Magicien avait eu vent de l’offre que le roi avait faite au pêcheur. Il regarda le filet; il n’y avait qu’une petite feuille de chêne rongée par le sel marin. Il dit au pêcheur :
-Tu devrais amener cette feuille au roi.
Le marin hocha la tête et dit :
-Pour que l’on se moque de moi à la cour ? Je suis quelqu’un de simple mais je ne suis pas complètement idiot non plus.
Le Magicien dit :
-C’est mieux que rien, ça veut au moins dire que tes filets sont en bon état, s’ils peuvent attraper cette petite feuille de chêne. Le roi a bien dit que tu devais lui amener tout ce que tu prends dans tes filets.
Laissant le pêcheur pantois, le Magicien tourna le dos et disparut.

Le lendemain, le pêcheur amena la feuille de chêne à la cour. Bien que son manque de chance lui avait attiré la compassion des nobles, ils ne manquèrent pas de rire à la situation, le roi compris. Cependant, tenant sa parole, le roi fit apporter la balance. Mais dès que la feuille tomba sur le plateau ce fut comme si elle fut changé en plomb. On mit une pièce d’or, puis une autre, une troisième, une quatrième. Mais de quoi était faite cette feuille ? Quand il l’avait portée, le pêcheur l’avait sentie aussi légère qu’une plume. Il fallut soixante pièces d’or pour équilibrer la balance.

La situation étant mystérieuse, on enquêta sur l’homme afin de savoir s’il n’avait pas usé d’une quelconque sorcellerie, mais les juges durent admettre qu’il était trop naïf pour savoir se servir de la magie. Il ne se rappelait même pas de son enfance. Il y eut également des recherches sur l’étrange feuille, mais qui révélèrent qu’elle n’avait aucune autre particularité que son poids. L’homme put partir avec ses soixante pièces d’or.

Dans une auberge, le Magicien raconta l’histoire du pêcheur de feuilles. On lui demanda ce qu’il savait sur la mystérieuse feuille. Il répondit :
-Comme je vous l’ai dit, cet homme savait peu de choses au point de ne pas se souvenir de sa jeunesse, mais c’est là où se trouve la clé de notre histoire. Il y a une vingtaine d’années, j’étais de passage dans la région. Je vis un petit garçon tenter de replanter un jeune arbre, qui avait été arraché par un paysan, sur une petite parcelle de sol inutilisée. Il était très triste de voir cette arbre arraché à la terre. Je l’ai donc aidé à replanter ce petit chêne. Vingt ans plus tard, cet arbre a sûrement dû vouloir remercier cet homme de lui avoir sauvé la vie en lui offrant cette feuille. Pour ma part, je me suis arrangé pour que notre ami le pêcheur ne remonte plus jamais de filet vide.
Il disait vrai car depuis la découverte de la feuille de chêne, le pêcheur et sa famille n’eurent plus à se plaindre du manque de poissons. Il arrivait parfois que parmi les prises se trouve une petite feuille de chêne rongée par les eaux salées.