Déméter et Perséphone
Mythe de l’Antiquité grecque

Les Grecs anciens racontent que Déméter, la déesse de l’agriculture et des moissons, avait une fille, Perséphone, qu’elle adorait. Celle-ci était si belle que le dieu des enfers, Hadès, en tomba amoureux. Alors qu’elle se promenait au milieu des champs, il lui tendit un piège à l’aide d’une magnifique fleur magique. Lorsque Perséphone tendit la main pour la cueillir, la fleur l’entraîna dans les profondeurs de la terre.
Le soir, Déméter s’inquiéta de ne pas voir rentrer sa fille. Pleurant toutes les larmes de son corps, elle questionna hommes et dieux, mais nul ne voulut lui dire ce qui s’était passé. Finalement, ce fut Hélios, le dieu du soleil, qui eut pitié de sa détresse. Il lui révéla l’horrible vérité. Désespérée et se sentant trahie par tous les dieux, Déméter alla sur la terre se cloîtrer dans un temple. Cette année-là fut terrible pour les hommes, car la déesse ne fit plus rien pousser. Aucune semence ne germa. Aucune moisson.
Du haut de l’Olympe, Zeus, le dieu des dieux, commença à s’inquiéter. Si Déméter laissait mourir les hommes de faim, qui rendrait hommage aux dieux, qui leur ferait des prières et des offrandes ? Il envoya donc son fidèle messager, Hermès, pour tenter de la raisonner. Déméter resta inflexible. Tant qu’on ne lui rendrait pas sa fille, elle laisserait dépérir le monde.
Alors Zeus dépêcha Hermès pour ordonner à Hadès de rendre Perséphone. Mais Hadès invoqua une loi des enfers qui disait que quiconque avait mangé de sa nourriture devait y rester. Or, pour la rafraîchir, il avait fait sucer à Perséphone six pépins de grenade.
À cette nouvelle, Zeus se mit dans une grande colère. Il était le dieu des dieux. C’est à lui qu’il appartenait de trancher.
Puisqu’elle avait mangé six pépins de grenade, décida-t-il, Perséphone resterait six mois sous la terre. Les six autres mois, elle irait retrouver sa mère sur l’Olympe.
Et c’est pourquoi, nous dit la légende, durant les mois d’hiver, la terre perd ses fleurs et ses fruits, car Déméter est cloîtrée dans sa douleur. Mais au printemps, lorsque Perséphone lui est rendue, la terre peut à nouveau reverdir et refleurir… Et c’est le cycle immuable des saisons.